Prêtes à quitter ..

Une page va se tourner au mois de septembre... Présente à Orchies depuis 1836, les soeurs de la Providence de Portieux vont hélas quitter notre paroisse..

« Prêtes à quitter, prêtes à rester, comme il plaira à Dieu et aux hommes »  soeurs providence portieux 1 soeurs providence portieux 1  

462 kilomètres ! C’est la distance parcoure à pied par monsieur Augustin Willoquet, cultivateur à Orchies, pour rejoindre Portieux, dans les Vosges. L’unique but de sa marche est de convaincre les sœurs de la Providence de Portieux d’ouvrir une maison à Orchies ! Le courage, la foi et la détermination de cet homme qui fera donation d’immeubles rue des Casernes (rue Gaston Leroy) sont récompensés car les sœurs ouvrent une école primaire élémentaire de filles en 1836 !

La communauté développe le projet avec détermination et sur un rythme de paradis : ouverture d’une maison d’éducation pour les filles (1868), ouverture d’une école libre avec pensionnat (1873), ouverture de deux classes gratuites (1882), ouverture d’un ouvroir (travaux d’aiguilles) destiné à la classe ouvrière de la paroisse (1885).

En 1902, alors que l’école compte 6 classes regroupant 250 enfants et deux accueils, les13 religieuses, sont chassées en Belgique à cause des lois de laïcisation ! Toutes les soeurs ne reviendront qu’en 1915 mais 3 d’entre elles les devanceront pour tenir une soupe populaire alors qu’Orchies est martyrisée par les obus allemands.

Nouvelle difficulté en 1953 : l’école risque de fermer à cause des bâtiments délabrés Mais les sœurs ne baissent pas les bras : les travaux sont faits et un nouvel élan voit le jour : ouverture d’une école technique (1964), fusion avec l’école des garçons Saint Michel (1971). .. Les sœurs sont également très impliquées dans la paroisse (colonies, patronages, Ames-vaillantes, presse, schola…).

Et voici que l’école technique qui, jusque 1979, préparait aux fonctions du tertiaire (CAP sténo, dactylo, comptabilité, agent administratif …) s’oriente vers l’hôtellerie. Sous l’impulsion de sœur Mathilde Lacreuse soutenue par monsieur Robert Leroux, le lycée hôtelier est inauguré le 23 juin 1981. Il s’illustrera par de beaux projets, notamment avec les restaus du cœur et le Secours Catholique.

Mais la crise des vocations frappe… La petite communauté de Landas ferme (1991) et dès 2002, les sœurs ne sont plus que 5 à Orchies. Elles restent courageusement très impliquées dans la paroisse accueillant même des sœurs vietnamiennes en formation. Mais, hélas, la communauté d’Orchies fermera ses portes en septembre 2023 « prêtes à quitter, prêtes à rester, comme il plaira à Dieu et aux hommes »   selon la formule de leur fondateur, Jean-Martin Moyë. S’il suffisait d’aller à pied à Portieux pour que les sœurs restent, bien des paroissiens le feraient …

Merci chères sœurs pour ces 187 années de présence dans notre paroisse.

Merci d’être venues « remplir les vues de la miséricorde de Dieu ». Merci d’être venues avec pour seuls bagages : l’ Abandon à la Providence, la simplicité, la pauvreté et la charité.

Difficile de dire combien de sœurs sont « passées » dans notre Pévèle ! Ce qui est sûr, c’est qu’elles ont fait du Ciel sur notre terre pour reprendre l’expression de Monseigneur Garnier.

Article publié par emmanuel canart • Publié le Dimanche 28 mai 2023 • 291 visites

keyboard_arrow_up