Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Actualités

Fête de la Divine Miséricorde

En ce dimanche du 3 avril,  le soleil était  venu illuminer de ses rayons la foule des pèlerins assemblée en l’église Notre-Dame de l’Assomption à Orchies pour la fête de la Divine Miséricorde instituée en l’an 2000 par le pape saint Jean Paul II.

 

L’enseignement sur la Miséricorde de Dieu telle que Jésus l’a révélée à sainte Faustine, dispensé par Pascal Maillard-Templier, psycho-thérapeute et diacre de la communauté des Béatitudes, a précédé l’Eucharistie présidée par l’abbé Pierre Germain Boutteau, curé de la paroisse. Commentant l’évangile du jour, Pascal a rappelé que devant l’incrédulité de Thomas, Jésus était venu guérir le cœur de ses disciples chargé d’amertume. Par son message de paix, Jésus vient aussi guérir nos cœurs. Au terme de la cérémonie, les enfants sont venus présenter le Christ en croix composé par eux à partir d’images de vies.

 

Dans l’après-midi, cette guérison des cœurs est revenue lors de son enseignement sur les Evangiles de la Miséricorde : « Seigneur, le secret de ton cœur paraît à nu dans les plaies de ton corps. On y voit à découvert la tendresse de ta bonté et la miséricorde du Père ». Le cœur du Christ et le cœur de Dieu le Père ne font qu’un seul cœur. La parabole du fils prodigue en apporte toute la signification dans le geste de la réconciliation où le Père redonne toute sa confiance. Ce geste de réconciliation dans la confiance était proposé pendant le chapelet de la Divine Miséricorde et l’exposition du Saint Sacrement. Pour celles et ceux qui en éprouvaient le besoin, des binômes « Ecoute et Prière » étaient à disposition pour les aider dans leur démarche de prière.

 

En cette année de la Sainte Miséricorde, chacun était invité à franchir la Porte sainte érigée au haut de l’une des nefs latérales. Franchir la Porte sainte, signifie que l'on reconnaît que Jésus Christ  est notre Seigneur et Sauveur. C'est une décision libre qui suppose que nous ouvrions la porte de notre cœur au Christ, lui que nous avons bien souvent laissé derrière la porte ou même mis à la porte. Après ce franchissement et un temps d’adoration au pied de l’autel où était exposé Jésus-Hostie, le pèlerin terminait son parcours devant les reliques de saint Jean Paul II présentes en la circonstance pour demander au saint de prier pour lui et l’aider à être lui-même miséricordieux.

 

Cette merveilleuse journée animée par le groupe de Prière du renouveau d’Orchies et le groupe musical et chantant « Exult’êtes »,  s’est clôturée par une danse de joie dans la jubilation du pardon reçu et de l’avenir ouvert avec le Seigneur.

                                                                                                   Roger Roussel

Article publié par Paroisse Ste Marie en Pévèle Scarpe • Publié Mardi 05 avr 2016 • 1027 visites

38
Haut de page