"un bicentenaire de vocations"

"Un dimanche autrement" : un bicentenaire de vocations

En ce dimanche 30 Août 2020, double joie pour l’Eglise : l’ordination à la prêtrise de trois jeunes gens en la cathédrale Notre Dame de la Treille à Lille et  messe d’action de grâce présidée par l’abbé Lucien Skrzypczak  en l’église Notre Dame de l’Assomption à Orchies pour les années de prêtrise des abbés, de service des diacres et de prière des religieuses de la Providence de nos paroisses Sainte Marie en Pévèle-Scarpe et Notre Dame de la Paix en Pévèle.

Dans le respect des gestes barrières, la foule des fidèles était attentive aux propos de bienvenue relatant les « états de service » de l’abbé Lucien avec cinquante années de sacerdoce - de notre curé, doyen, Pierre Germain Boutteau, avec trente années - de l’abbé Benjamin Sellier avec cinq années – de l’abbé Felice Rossi, avec une année. Et puis les religieuses de la congrégation des sœurs de Portieux : Sœur Bernadette, avec ses soixante-deux années de mission - Sœur Christine, avec trente et une  années - Sœur Térésa, avec dix années - Sœur Marie Boniface avec huit années - Sœur Marie Blandine, avec sept années et Sœur Marie Francine, avec quatre années. Une pensée  pour Sœur Joséphine qui, à elle seule, aurait fait passer l’ensemble des vocations, d’un bicentenaire à un tricentenaire. Et enfin nos diacres, soutenus par leurs épouses,  serviteurs depuis  vingt-huit  ans  pour Claude Fenaert, vingt-trois  ans pour Jean Luc  Jourdain et cinq  ans pour Jean Maurice Castelain, sans oublier Alain Van Haverbeke qui, de là-haut, souffle ses vingt-trois bougies.

Occasion de remercier vivement l’abbé Benjamin qui, après avoir fait ses armes et avoir partagé son dynamisme pendant ses cinq  premières années de sacerdoce, va quitter le pays de la chicorée pour rejoindre celui de la boulette d’Avesnes. Chacun gardera en soi une part de son dynamisme et de sa générosité. Que l’Esprit Saint l’accompagne dans sa nouvelle mission. Occasion d’accueillir l’abbé Evariste Zoubga qui va rejoindre l’équipe des prêtres. La feuille paroissiale du mois de septembre fait écho de son riche parcours de prêtre depuis son ordination le 18 décembre 2004.

Les lectures de ce jour traduisent à merveille ce qui les a menés toutes et tous sur les pas du Jésus Christ : «  Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi (lecture du livre du prophète Jérémie)-Toute ma vie, je vais te bénir, lever les mains en invoquant ton nom. Mon âme s’attache à toi, ta main droite me soutient (Psaume)- Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour discerner quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait (lettre de saint Paul aux Romains) - Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il  prenne sa croix et qu’il me suive (Evangile selon saint Matthieu). »

Des interventions suite à la proclamation de l’Evangile, nous retenons que :

- Pierre Germain remercie le Seigneur pour tous ceux qui au long de ces trente années  ont fait et façonné le prêtre qu’il est, le portant et le supportant.

- Au bout de ces cinq années en Pévèle-Scarpe, Benjamin adresse un immense merci au Seigneur pour toutes les personnes rencontrées. Chacune, à sa façon, incarnait les bienfaits que le Seigneur nous donne chaque jour, la présence de Dieu créateur puisque chacun est créé à son image et le prochain à aimer, à connaître et à servir selon la volonté de Dieu le Père. Pour lui ce n’est que du bonheur de marcher dans les pas du Christ.

- Au cours de ces cinquante années de sacerdoce, l’abbé Lucien n’a jamais eu l’impression de prêcher dans le désert se référant à la prière de St François d’Assise : « Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix….Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer. Car c’est en se donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve, c’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

- Sœur Christine rappelle que c’est en 1836 que des sœurs sont arrivées à Orchies. En 1873, les sœurs de la Providence essaimaient dans trente localités de la région (ex : Nomain, Landas, Warlaing…) et depuis, elles missionnent dans quatre continents.

Les intentions de la prière universelle furent symbolisées par l’apport au pied de l’autel de l’Evangéliaire, signe de la mission de chacun - du calice et de la patène, signes de la présence du Christ au travers du prêtre - de la cruche d’eau et du bassin, signes du service des diacres, du chapelet, signe de la prière des sœurs.

A l’issue de la cérémonie, chacun des missionnés reçu une musette souvenir contenant casquette, tablier et tee-shirt frappés du logo du bicentenaire ; et nos prêtres, une lithographie du Calvaire de Bouvignies. C’est avec une émotion perceptible au travers du masque que Benjamin revêtit la chasuble blanche offerte par les paroissiens. Après le verre de l’amitié, l’assemblée était invitée à emporter la  bougie souvenir « Viens, suis moi ». Elle a eu  la possibilité d’exprimer son merci aux missionnés sur une carte souvenir reprenant les clochers des deux paroisses.

En conclusion de ce dimanche mémorable, nous citons un extrait de la neuvaine  de prière pour les vocations proposée par le service Jeunes et Vocations de la Conférence des Evêques de France : « Toute vocation naît de ce regard aimant par lequel le Seigneur est venu à notre rencontre, peut-être alors même que notre barque était en proie à la tempête. »  

                                                                                     Roger Roussel

Article publié par Benjamin Sellier • Publié le Jeudi 17 septembre 2020 • 340 visites

keyboard_arrow_up